Création de jeux sérieux avec Kodu

06 / 06 / 2016 | webmestre

La classe de Mme Vainqueur (CM2, école Brossolette) s’est engagée dans le projet départemental de création de jeux sérieux réalisé et proposé par des AFTICE du département.
Donner une occasion de développer son esprit créatif tout en s’appropriant un environnement de travail numérique, était l’une des ambitions de ce projet. Outre le fait de favoriser l’autonomie et le travail de groupe, il a également permis aux élèves d’engager une démarche de recherche pour résoudre un ensemble de situations complexes. Sous le contrôle de l’enseignant, ces situations intègrent très logiquement les contenus scolaires que les élèves auront rencontrés en classe cette année, leur permettant ainsi de les réinvestir à leur gré.

Les phases du projet :

Faire le choix du contenu. Le jeu doit avoir un contenu disciplinaire vu dans l’année en cours. Il est laissé à l’initiative des élèves, sous le contrôle de l’enseignant. Exemples : en Histoire connaître les grandes étapes de développement de l’Homme Préhistorique, en Mathématiques calcul mental sur les compléments à 100, en Maîtrise de la langue conjugaison des verbes à différents temps, en Sciences connaître différents mots de vocabulaire renvoyant aux états de l’eau…)

Transformer les compétences en éléments de jeu. La réussite au jeu, le gain de la partie, sera directement liée à la maîtrise des contenus choisis par les concepteurs du jeu.

Relier ces éléments dans un scénario. La planification sur papier, la mise en place du jeu (dans quel monde nous évoluons, quelles en sont les règles, les contraintes…).
La mise en place du scénario se mène en plusieurs étapes :

  • Faire un choix de personnages évoluant dans un monde (ex : dans un milieu sous-marin, poissons et bathyscaphes se déplacent, ou bien un cycle qui se déplace dans un labyrinthe).
  • Chaque personnage est caractérisé par un contenu, un savoir faux ou avéré…
  • Imaginer les règles qui régiront, conditionneront les actions de tous les protagonistes du jeu (personnage du joueur, autres personnages du monde). Par exemple, un personnage lance des missiles sur le joueur lorsque celui-ci s’approche, ou bien donne des informations d’aide lorsque le joueur vient le toucher, ou encore des pénalités sont infligées au joueur lorsqu’il commet une erreur.
  • Définir le but du jeu et les conditions de réussite à la partie (ex : le joueur gagne lorsqu’il a détruit tous les calculs faux)

Réaliser le logiciel (programmation, graphismes, sons, etc.). C’est la phase la plus longue, constituée d’alternance entre production, tests et corrections du fichier. C’est le moment où l’élève confronte les éléments planifiés sur feuille et la vérification concrète de ces éléments à l’écran (ci-dessous, l’élève peut trouver de l’aide sur un site dédié - écran de gauche - en plus de l’adulte et des élèves présents dans la salle).

Faire tester le jeu aux camarades de la classe. La confrontation devra permettre de valider la pertinence du jeu, tant sur la forme (choix des personnages, des actions, présentation du jeu et de ses règles) que sur le fond (contenus “sérieux” proposés).

 

Portfolio

Dans la même rubrique

Dans le cadre d’une intervention musicale en milieu scolaire mise en place en partenariat avec le conservatoire de Noisy-le-Sec (CAEE), des élèves de la classe de Mme Bibrac, enseignante de CM2 à l’école Brossolette, ont travaillé sur un projet de composition musicale électroacoustique assistée par ordinateur avec M. Galleron, professeur de musique du conservatoire. L’objectif visé était d’ajouter une ambiance sonore au scénario créé et illustré par la classe. Les élèves ont pu écouter des extraits (...)

Dans le cadre d’un partenariat culturel entre le conservatoire, le Trianon et la Médiathèque de Noisy-le-Sec, la classe de CP de Mme Nechadi à l’école Carnot s’est lancée dans l’élaboration d’un film d’animation sur le thème des contes et légendes amérindiens.
Ce projet de film finalise le partenariat avec le conservatoire en valorisant les différentes pratiques artistiques : le chant et les arts visuels (création graphique, photo, réalisation filmique).
Le principe du film d’animation est l’utilisation (...)

Une classe de CP de l’école Carnot (classe de Mme Néchadi) a réalisé un film d’animation.
Après écoute puis lecture de divers contes de randonnée, les élèves ont créé leur propre conte. Ils ont écrit l’histoire, et élaboré avec l’aide de la maîtresse le storyboard qui pose les bases du film.
Voici leur diaporama :
Parallèlement à la création des décors et des personnages, la classe a travaillé avec une intervenante du conservatoire. Ceci a permis de créer entre autres une bande sonore pour le film (...)