LES NOTES A L ECOLE : La fin d’un cauchemar…

06 / 05 / 2015 | coordorep

André ANTIBI est professeur à l’université Paul Sabatier de Toulouse où il dirige le laboratoire de didactique, et à l’école d’ingénieurs Sup-Aéro. Agrégé de mathématiques, il est titulaire de deux thèses, l’une en maths, l’autre sur l’enseignement. Il est auteur de nombreux livres scolaires. En 1981, il est nommé Directeur de l’Institut de Recherche pour l’Enseignement des Mathématiques (IREM) de Toulouse. Ses recherches sur l’enseignement ont une renommée internationale ;
Il a été invité récemment à intervenir lors des journées nationales de l’évaluation à Paris courant décembre 2014. Ces journées regroupaient des didacticiens, professeurs d’universités, des membres de l’Inspections Générale, des enseignants, mobilisés autour de la question de l’évaluation à l’école.

L’évaluation par contrat de confiance, antidote à la « constante macabre »

La Constante macabre », se définie ainsi : inconsciemment les enseignants s’arrangent toujours, sous la pression de la société, pour mettre un certain pourcentage de mauvaises notes afin que leurs résultats soient crédibles. Ainsi les résultats d’une classe se répartissent autour d’une courbe de GAUSS dont le sommet serait la moyenne.
André ANTIBI dénonce ainsi à la fois le poids excessif de la note et la systématisation des mauvaises notes dans le système éducatif français qui sélectionne par l’échec avec comme conséquence le découragement et l’exclusion de nombreux élèves. Il propose un système d’évaluation par contrat de confiance, qui ne piège pas l’élève, augmente sa confiance en soi et l’incite à plus de travail personnel.
De nombreux critiques stigmatisent l’auteur en réduisant le dispositif du « contrat de confiance » à la suppression des notes. André ANTIBI précise dans ses ouvrages qu’il est favorable aux notes à condition qu’elles reflètent le travail des élèves au lieu d’être souvent à l’origine d’un échec artificiel injuste.

La mise en œuvre du contrat de confiance comporte trois étapes essentielles :

1. Annonce du programme du contrôle : une semaine environ avant chaque contrôle, l’enseignant indique la leçon a réviser et communique aux élèves une liste de questions, ou des notions précises déjà traitées et corrigées.

2. Séance de questions-réponses pré contrôle : cette séance a pour but de permettre aux élèves qui n’ont pas compris certains points de la leçon de demander des explications complémentaires. Cette séance peut être organisée en binôme ou en petits groupes.

3. S’interroger sur le contenu et correction de l’épreuve : les enseignants doivent être attentifs à la longueur de l’évaluation, et les barèmes de corrections doivent être explicites pour les élèves (et pour les enseignants…. Les modalités de restitutions seront-elles aussi explicitées antérieurement au contrôle. Il n’y aura plus de questions en dehors de la leçon étudiée…

Ce dispositif a l’avantage d’être facile à mettre en œuvre, il ne nécessite pas de moyens supplémentaires, il ne remet pas en cause les différentes phases d’apprentissage mais modifie seulement la phase d’évaluation des notions étudiées.

Le contrat de confiance a pour objectif de permettre aux élèves d’être heureux d’apprendre, dans un climat serein. Sa mise en œuvre permet aux enseignants
D’exercer leur profession en tant que formateurs, qui accompagnent les élèves, et non en tant que de sélectionneurs.
L’évaluation ne doit plus être un profond malentendu dans l’école, et tous les élèves doivent avoir le droit de participer activement a son élaboration.

Bibliographie :
Nombreux manuels scolaires de mathématiques.
La constante macabre, ou comment a-t-on découragé des générations d’élèves. Éditions Math’adore, 2003.
Les notes, la fin du cauchemar, Éditions Math’adore, 2007.

Quelques documents, des extraits de conférences :
Le système d’évaluation par contrat de confiance (EPCC) ;
Évaluations et constante macabre, par Daniel AMEDRO, IA DSDEN du Tarn et Garonne ;
Actes du colloque de Toulouse, Université Paul-Sabatier, mai 2008.
Actes du colloque « Conférence nationale sur l’évaluation des élèves » Décembre 2014 site Eduscol.

C. CHLEQ-BARD
DA Créteil
CPC Noisy le sec

 

Dans la même rubrique

"Non au harcèlement" : une journée nationale, une campagne et des outils...

Un outil pour aider les équipes à se saisir des nouveaux programmes de maternelle.
La page d’accueil du document comporte des liens vers les pages intérieures.

Outils pédagogiques pour réfléchir et débattre avec les élèves

Un outil supplémentaire pour faire vivre la laïcité au sein des établissements scolaires.

La mallette des parents vise à faciliter le dialogue avec les parents, pour les aider à comprendre les enjeux de la scolarité de leurs enfants